Nous soutenons l’initiative et nous récoltons des signatures car tout ce que nous aimons et apprécions est en jeu. La crise climatique, dont l’Homme lui-même est à l’origine, est l’une des menaces les plus grandes de l’humanité.

Quasiment chaque jour, nous lisons et entendons parler d’événements tels que feux de forêts, tornades, canicules, inondations, fontes des glaces, glissements de terrains, éboulements, sécheresses, extinctions d’espèces, etc. Nous avons conscience que, dans les pays riches occidentaux, notre mode de vie, destructeur, avec ses émissions très conséquentes est le principal responsable de ces effets dangereux, qui à leur tour déclenchent des conflits et entraînent de grands mouvements d’exode dus au climat dans les pays pauvres, fortement touchés. Adéquatement, un changement immédiat de notre comportement et de nos agissements politiques constitue également un acte d’équité ainsi qu’un pas impératif vers un mouvement de paix profonde.

Nous ne pouvons pas détruire la Terre pour assurer des postes de travail et maintenir une croissance économique. Notre devoir moral, une conscience de la responsabilité pour nous, notre environnement actuel et celui des générations futures doivent déterminer nos agissements et nous mener à faire tout pour prendre un tournant radical.

Nous devons réapprendre à percevoir ce qui nous relie à tous les êtres vivants et à la Terre, à respecter ce lien, à adopter notre comportement quotidien en conséquence et à encourager systématiquement une intelligence du cœur.

Jusqu’en 2050 au plus tard, les émissions de gaz à effet de serre devront être tombées à zéro net. Si la Suisse met en œuvre l’initiative pour les glaciers, elle ne fait que son devoir conformément à la ratification de l’Accord de Paris sur le climat (2015). Soyons courageux, soutenons l’initiative et agissons !

Ouvrir le document à signer dans Chrome, Internet Explorer ou Safari :
Unterschriftenbogen de
Unterschriftenbogen fr

Je vous recommande en outre la lecture du texte de Juliette Binoche du 5 mai 2019 dans le Tagesanzeiger.