Le second forum du mieux-vivre s’est tenu le 1er février 2020 au Centre culturel Schützi à Olten. Plus de 120 personnes s’y sont rendues. Organisé par la Fondation pour la promotion intégrale de la paix en collaboration avec la maison d’édition taotime, le symposium avait pour thème le rapport entre l’âme humaine et la situation écologique de notre monde. Musicalement encadrée par des sons et mélodies de Hsing-Chuen Schmuziger-Chen touchant dans leur intérieur les personnes présentes dès la première note, cette demi-journée se déroula dans une atmosphère calme et intime.

Au cours de la conférence de Marc Schmuziger, qui entraîna l’auditoire dans son sillon dès les premières paroles, il est clairement ressorti que nous ne pouvions pas entretenir de relation pacifique avec notre environnement sans entretenir intimement une relation avec nous-mêmes, donc avec l’intérieur de notre âme et de notre nature, lesquelles constituent conjointement un élément de l’âme et de la nature du monde. Ce dernier pourrait guérir uniquement grâce au lien avec la vie naturelle de notre âme, donc grâce à un retour à la nature (minéraux et astres compris). Par ailleurs, seule une telle reconnexion peut guérir notre existence scindée et fragmentée et la rendre à nouveau entière en tant qu être humain. Le désir et le salut de notre monde et de notre psyché seraient donc indissociables.

Dans le deuxième présentation, Jürg Theiler a utilisé des images impressionnantes pour démontrer comment nous, les humains, nous séparons de nos âmes, et il a rendu visible leur potentiel éthique pour guider nos action. C’est un acte conscient, qu’il est nécessaire de faire, pour se tourner à nouveau vers l’âme et suivre son appel. Car si elle représente la plus haute dimension de l’existence, l’homme doit s’y incliner et devenir humble pour l’écouter.

Lors de la table ronde qui a suivi, animée par l’éditeur Martin Frischknecht, avec la présence des deux intervenants cités accompagnés de Cordula Frei (DIA – Die Integrale Akademie) et Rosmarie Wydler (Klimaseniorinnen/IP Basel), il s’avéra que le plus grand défi qui se présente à l’humanité ne peut être résolu qu’avec l’autre et non pas l’un contre l’autre. Les voix de la nature pourraient devenir audibles si nous sortions du stress dans lequel nous plonge notre quotidien, si nous nous posions et que nous ressentions de cette manière notre lien avec la nature et avec nos semblables. Les nombreuses assuétudes quotidiennes ne seraient plus nécessaires car la vie nous recompenserait suffisamment. Une équité écologique serait impensable sans une équité entre êtres humains, sur les plans social et économique. Ce ressenti, cette façon de penser et d’agir, profondément intégrales, nécessiteraient ainsi l’extension de la représentation de l’homme à l’ensemble du champ écologique.

À travers un exercice de pleine conscience, Marc Schmuziger a passé en revue la journée dans son ensemble et a invité les personnes présentes à percevoir des étapres concretes que pourrait permettre l’une ou l’autre prise de conscience dans la vie quotidienne.

 

En complément de cet événement, la musique de Hsing-Chuen Schmuziger-Chen fit à nouveau vibrer moult cordes intérieures. La présidente de la Fondation pour la promotion intégrale de la paix, Esther Räz, qui avait animé l’ensemble de  l’événement, conclut en remerciant les nombreux bénévoles de Politique intégrale Argovie, grâce auxquel-lle-s cette journée fut une réussite. Les nombreux visages souriants montraient que l’ambiance et les messages avaient rencontré des cœurs ouverts. Ainsi, un grand remerciement fut adressé aux visiteurs, qui ont permis, par leur présence bienfaisante, de rendre vivant le forum du mieux-vivre.